Premiers pas : l’accessibilité côté OS

Lorsqu’a été évoquée pour la première fois pour Camille la possibilité d’utiliser un ordinateur, il y a de cela quelques mois, mon premier réflexe a été de voir ce qu’il était possible de faire avec du matériel informatique « de tous les jours », pas spécialement adapté d’un point de vue hardware.

Par chance, je dispose de beaucoup de matériel, ce qui m’a permis de commencer à faire des tests sur un PC portable qui me servait peu (un DELL récent de 15″ au format 16/10).

Sous Windows 7, l’OS déjà installé sur le PC, les options d’accessibilité sont relativement fournies. Une section entière, consacrée à l’ergonomie, est disponible via le Panneau de configuration ; pour ceux qui ne sauraient pas où chercher, Microsoft a également implémenté un assistant, pouvant proposer les options recommandées suite à un petit questionnaire sur le type de handicap de l’utilisateur. On notera l’exhaustivité de celui-ci, qui prend même en compte des handicaps souvent ignorés comme le déficit de mémoire ou les pertes de concentration. Les suggestions affichées à la fin sont dans l’ensemble pertinentes même s’il faudra probablement les affiner avec quelques réglages manuels par la suite. Un bon point pour Microsoft.

Questions d'accessibilité sous Windows 7
Questions d’accessibilité sous Windows 7

Sur le plan visuel, il est possible de passer, en quelques clics, à un thème à fort contraste, avec un curseur de souris plus gros et inversé. D’autres réglages plus subtils sont également disponibles : réglage de la transparence, ou des bordures des fenêtres. Du très classique, mais tout de même efficace.

On abordera un aspect plus délicat avec la taille de l’affichage des éléments : Windows permet de régler la taille des icônes sur le bureau et propose aussi le choix de la taille du texte à l’échelle de l’OS (en ppp). On peut le personnaliser ; ici, je l’ai monté jusqu’à 200%, ce qui permet à Camille de bien voir ce qui est affiché à l’écran. Problème ? La plupart des logiciels ignorent purement et simplement ce réglage, le rendant inutile dès lors que l’on sort du panneau de configuration et de l’explorateur de fichiers…

L'affichage du bureau Windows avec un réglage à 200%
L’affichage du bureau Windows avec un réglage à 200%

Baisser la résolution de l’écran pourrait être une autre solution, à défaut de mieux… même si, sur ce PC portable, les plus basses résolutions sont au format 4/3 et provoquent donc l’affichage de deux bandes noires sur les côtés de l’écran, soit autant de précieuse surface affichable bêtement perdue. Ajoutons à cela que les éléments sont désormais « flous », ce qui n’aide pas à la lisibilité des textes. Je reste perplexe et laisse cette problématique en suspens, en attendant les conseils de l’ergonome du centre de rééducation.

Malgré tout, si la vision de Camille l’empêche de se concentrer sur les textes, elle lui permet toujours de voir les gros éléments, de repérer les grandes icônes, voire même de pouvoir suivre un film ; on ne s’orientera donc pas vers les solutions « sans écran » proposées pour les non-voyants. En revanche, les aides vocales en complément peuvent s’avérer intéressantes ; on y reviendra plus tard.

Sur le plan moteur, il est possible d’activer une multitude d’options, permettant par exemple de filtrer la frappe multiple involontaire sur le clavier. Pour Camille, ces choix s’avéreront tout de même insuffisants, la faute à un clavier de taille standard dont les touches sont trop resserrées, où il lui sera impossible de frapper où elle le désire. En revanche, on notera qu’avec un peu de concentration, elle parvient à très bien se servir d’une souris externe de taille normale, branchée en USB sur le PC portable, pour peu que les éléments à cliquer soient de taille suffisante ou qu’elle dispose d’un retour vocal. Le clavier visuel Windows, fourni par défaut, ne répondra pas à ces critères…

Suite à ces tests mitigés, je commence à regarder de mon côté comment cela se passe sur les autres OS. Utilisateur de Mac au quotidien, je jette un coup d’œil aux options d’accessibilité de l’OS d’Apple (dans sa version la plus récente, OS X Mountain Lion). Elles sont globalement assez fournies, mais clairement pas autant que chez Microsoft.

Côté visuel, il est possible d’obtenir un affichage à plus ou moins fort contraste, inversé ou non, sans couleurs si on le souhaite, ainsi que la taille du curseur ; tout est paramétrable finement, un petit plus par rapport à Windows donc. Ici, on peut ajuster l’affichage précisément aux difficultés visuelles de l’utilisateur.

Panneau d'accessibilité visuelle sous OS X Mountain Lion
Panneau d’accessibilité visuelle sous OS X Mountain Lion

Côté moteur, les options sont globalement identiques à Windows, et on retrouvera la possibilité d’activer les touches à auto-maintien (des touches comme Ctrl, Cmd, Maj, n’ont pas besoin de rester enfoncées pour être utilisées), ou les touches lentes (annulant les frappes multiples ou les appuis prolongés involontaires sur une touche).

Le VoiceOver (permettant de disposer d’un retour vocal sur les éléments sélectionnés) semble toutefois un peu plus évolué que sous Windows ; encore une fois, on y reviendra.

Une option manque cruellement à l’appel : la possibilité de grossir tous les textes, à l’échelle de l’OS, comme on a pu le faire sous Windows 7. C’est d’autant plus rageant que, contrairement à Windows, OS X est conçu de telle sorte qu’il est resolution-independant. Proposer un affichage grossi des éléments et du texte serait donc techniquement très simple à faire… si toutefois Apple en offrait la possibilité !

Sous Windows comme sous OS X, reste la possibilité d’utiliser la loupe (également présente sous forme de zoom global sous OS X). Cette solution semble la plus raisonnable mais rend la lecture du texte impossible dans le cas de Camille ; se concentrer sur les lignes de texte alors qu’il faut effectuer des va-et-vient incessants de gauche à droite est impossible. Ce problème ne serait pas présent si le texte était simplement ajusté en gros sur l’écran. Plus simple à implémenter, la loupe est utile pour les déficients visuels légers, mais guère au delà, et témoigne d’une certaine flemme de la part de Microsoft et d’Apple. Les deux éditeurs d’OS semblent avoir renoncé à convaincre les éditeurs de logiciels de respecter les paramètres d’affichage par défaut. Triste.

Capacités de zoom et de loupe sous OS X Mountain Lion
Capacités de zoom et de loupe sous OS X Mountain Lion

Après ces essais, il apparaît de toute façon clair qu’il ne suffira pas de paramétrer correctement l’OS pour aider Camille. Deux problèmes importants subsistent : l’entrée périphérique (la souris est OK mais le clavier nécessite une adaptation matérielle ou une substitution) et la vue (les logiciels du quotidien ne s’adaptant guère à un affichage grossi). On commencera alors à parler de tablettes tactiles, qui peuvent, conjointement à des logiciels adaptés, s’avérer intéressantes. Je prévois également de regarder si l’herbe est plus verte du côté du logiciel libre, et si des solutions à base de distributions Linux ne pourraient pas aider.

À suivre…

6 commentaires

  1. Sous Windows, certaines applications ne font pas qu’ignorer la taille du texte mais aussi parfois les couleurs, en imposant leurs propres couleurs… mais pas à tous les éléments !

    Exemple stupide : une application décide d’avoir des fenêtres au fond blanc mais ne pensent pas à passer le texte en noir, du coup dans le cas d’un contraste inversé comme celui de la capture d’écran de Windows ci-dessus, on se retrouve avec un texte blanc… sur fond blanc.

    La solution OSX pour le contraste est meilleure dans ce cas, mais elle pose certains problèmes, notamment pour les éléments déjà en fond noir en affichage normal, qui passent ainsi à « noir sur blanc ». De la même façon, toutes les images, photos, etc, se retrouvent inversées, ce qui n’est pas forcément très pratique quand on veut apprécier una rticle de journal illustré de photos, par exemple.

  2. N’est-il pas étonnant que OSX soit incapable de mettre à l’échelle les éléments d’interfaces alors que c’est précisément ce qu’il fait sur les derniers Macbook Retina?
    Soit j’oublie un facteur, soit il est très dommage qu’Apple ne mette pas à profit sa technologie au service de l’accessibilité.

    • Tu as tout à fait raison, c’est d’ailleurs ce que je souligne dans l’article : c’est techniquement extrêmement simple, c’est juste qu’Apple ne juge pas bon de laisser l’utilisateur profiter de cette possibilité. Peut-être que de simples hacks permettent de contourner le problème, mais c’est particulièrement con.

  3. Bonjour,
    Merci pour cet excellent article, de bon augure pour la suite.
    A noter sous Windows 7 (et peut-être aussi Vista, à vérifier), la possibilité de contrôler le PC à la voix (Menu Démarrer > Accessoires > Options d’ergonomie > Reconnaissance vocale de Windows). Ça ne rivalise sans doute pas avec des outils dédiés type Dragon, mais ça fonctionne plutôt pas mal, avec un taux de fiabilité intéressant. Comme tout outil de ce genre, la fiabilité augmente avec la pratique, et le système est capable d’ « apprendre » votre voix et vos mots.
    Mon objectif était de voir si la saisie vocale est plus rapide que la saisie clavier. Sur ce point, pas photo, si on est plutôt habile avec un clavier on trouvera le processus trop lent (à cause des corrections, inévitables: signe, ou cygne? lent, ou l’an?). Mais ça me parait une solution digne d’intérêt pour les gens mis en difficulté par un clavier ou une souris.
    Il y a un tuto plutôt bien fait qui permet de se familiariser avec les multiples commandes permettant de sélectionner des mots ou blocs de texte, d’activer les menus, d’afficher des étiquettes sur les éléments d’interface… commandes qui fonctionnent aussi sur une page web correctement codée. Le système reconnait également des commandes simples telle que « nouveau fichier », « enregistrer », etc.
    Je n’ai pas de machine Apple sous la main, j’ignore donc ce qu’il en est de ce côté. Mais a priori, Siri prouve le savoir-faire de la marque en la matière…

    • Salut Olivier. Camille ne peut pas parler longtemps. Ta solution est bonne mais malheureusement impossible à mettre en place de ce coté.

      Yoann, pour ce qui est des logiciels libres, tu as un petit logiciel qui regroupe toutes les distributions possible qui s’appelle unetbootin. Tu peux télécharger et les tester en live CD. Et si c’est ok tu peux faire une install.

      Ubuntu reste pour moi une réelle solution alternative.

  4. Salut Yoann!

    Sur le forum d’Ubuntu-FR (oui je suis toujours avec linux) il y a la section Accessibilité.
    http://forum.ubuntu-fr.org/viewforum.php?id=65&p=1

    J’ai trouvé un sujet qui pourrait correspondre à tes attentes en terme de contrôle.
    http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=468281

    Sache aussi qu’il existe un groupe de travail qui s’appelle April Accessibilité qui penche aussi sur le problème.
    http://libre-et-accessible.org

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s